SE NOURRIR AUJOURD’HUI, NOURRIR LA PLANETE DEMAIN

12/12/2010

 


Dr.Cocaul, médecin nutritionniste à la Pitié-Salpétrière, Christian Trouvé, vice-président d’Action contre la Faim, Gilles Fumey, maître de conférence en géographie à la SorbonneYves de Kermel, président de Var-Equitable, et  Léo Dayan, professeur d’économie à la Sorbonne se sont se sont succédés  à la 10eme édition des colloques scientifiques «Les Mystères du 21e siècle» pour débattre sur le thème «se nourrir aujourd’hui, nourrir la planète demain» Lire la suite

 

COMMENT GAGNER DURABLEMENT DU POUVOIR D’ACHAT ?

La Tribune 10 Juillet 2008

Le pouvoir d’achat du salaire est le salaire nominal – une quantité de monnaie versée en contrepartie d’un travail – rapporté à l’indice des prix à la consommation, c’est-à-dire le prix de production auquel s’appliquent d’autres charges fiscales, dont la TVA. Il se dégrade parce que le salaire nominal croît moins vite que les prix. Que faire pour inciter les entreprises à augmenter le salaire nominal sans faire monter les prix? Lire plus

 

…  Et si on remplaçait les cotisations  patronales par un éco-impôt sur le capital polluant ?

Le Figaro , 6 décembre 2007

En remplaçant la part patronale des cotisations sociales par un éco impôt sur le capital polluant, la déformation de la fonction de production, provoquée par une fiscalité directe favorable au capital non polluant et au travail, protège préventivement la nature et la santé et augmente le volume de l’emploi et le pouvoir d’achat mesuré en produits durables. La fixation combinée des taux de cotisations sociales et d’éco-impôt sur le capital polluant permet l’équilibre des comptes sociaux, la stabilité globale des prix et la neutralité budgétaire de la réforme fiscale. Lire plus

 

L’ORGANISATION TERRITORIALE DE LA GOUVERNANCE, POINT CRITIQUE DE LA MISE EN OEUVRE DU DÉVELOPPEMENT LOCAL DURABLE. Exemple du  territoire de projets du Buëch-Durance (France).

 Le Développement territorial.  Ed. ADICUEER – Canada. Septembre 2004

Une des originalités de l’expérience étudiée dans ce chapitre est qu’elle concerne un territoire de projets. Une seconde originalité tient à ce qu’elle est soutenue et financée par programmes européens inspirée d’une culture fort divergente avec la culture « jacobine » classique française. Sa troisième originalité réside en ce qu’elle est une des seules parmi toutes les autres du programme européen LEADER I et II à s’être appuyée d’abord sur l’ingénierie sociale et humaine.
Cette expérience située en Buëch-Durance, dans les Hautes Alpes, s’est traduite par une création d’emplois intégrés, très remarquable en nombre comme compétences réunies sur un territoire dans lequel la plus petite commune comporte seulement 9 habitants (Nossages-et-Bénevent), et la plus importante 372 habitants (Laragne-Montéglin). Son analyse met à jour une différence entre la démarche française de la VOYNET sur les Pays et celle de la Commission européenne axée sur le territoire de projet ». Dans le premier cas, les Conseils de développement des pays n’ont qu’un rôle consultatif, dans le deuxième, l’instance partenariale est décisionnelle.
La question du devenir et du contenu des emplois du développement local créés sur ce territoire de projet ainsi que l’émergence de véritables métiers développement durable local apparaissent subordonnées au devenir même la dynamique micro-locale qui sous tend et justifie les emplois créés. Avec les modalités d’application de la loi VOYNET, le cap pourrait ne plus être le même. Les conditions d’exercice, d’apprentissage et d’émergence d’un métier qui pourrait être essentiel à la mise en oeuvre du développement durable, l’ingénierie du développement local en territoire rural, pourrait rencontrer des obstacles institutionnels de taille, que les programmes européens avaient permis contourner.
Lire plus

 

LE DEVELOPPEMENT EN QUESTION: DU BON SAUVAGE AU SOUS-DEVELOPPE 

Tiers-Monde  1989 . Numéro 100 sous la direction de Serge Latouche : Le développement en question

« La mort du colonialiste » n’a pas été « la mort du colonisé » comme l ‘espérait F. Fanon. Dans la représentation nationale, portée par l’Etat nationalitaire, investie par la représentation économiciste , se fécondent et prospèrent de nouveaux « sous-développements »: l’entreprise de dévalorisation du différent(d), entamée par le colonialisme, se poursuit de l’intérieur même, qui plus est par un autre soi-même.
Lire plus